Le recrutement :

quelles solutions concrètes ?

Le recrutement au sein de nos cabinets reste l’une des principales difficultés que rencontrent de très nombreux confrères. Beaucoup a été fait sur ce sujet ces dernières années notamment par le renforcement de l’attractivité de notre profession afin d’attirer vers nos formations d’excellences de plus en plus de candidats. Voir l’article d’Antoine Dalakupeyan sur ce sujet.

Il faut poursuivre ces bonnes pratiques mais il faut aller encore plus loin en brisant le tabou de la segmentation. Durant la seconde guerre mondiale, l’armée de l’air américaine disposait des meilleurs avions et des meilleurs pilotes. Pour autant, ses performances n’étaient pas les meilleures. Comment expliquer cela ?

sabrina-cohen-croec-2016

Par Sabrina Cohen

ECF Paris Ile-de-France

Il s’est avéré que les avions étaient conçus pour un pilote de taille moyenne… Or, il n’existe pas de pilotes moyens ! Certains sont grands, d’autres petits et quelques-uns, une minorité, sont juste à la moyenne ! Depuis ce constat, les sièges sont ajustables, le manche des avions peut être raccourci ou allongé, bref, le cockpit est désormais adapté à la taille et à la corpulence du pilote.

Il en est de même en matière de recrutement : Il n’y a pas de cabinets moyens ou d’étudiants moyens. A chaque population doit correspondre une offre adaptée. Un titulaire de BTS ne cherche pas le même cabinet qu’un diplômé d’école de commerce et tous les cabinets ne sont pas susceptibles de recruter demain un diplômé d’école de commerce ou d’un master CCA. Or, comment permettre à un étudiant d’identifier au sein des 6.000 cabinets d’Ile-de-France les 300 ou 400 cabinets qui réunissent les conditions nécessaires à l’embauche de ces hauts potentiels et comment permettre à nos cabinets d’identifier ces étudiants ?

La situation actuelle consiste à orienter ces étudiants vers l’annuaire de l’Ordre… Ce n’est évidemment pas une réponse efficace. Certains cabinets s’organisent pour établir des liens avec quelques écoles, soit en intervenant comme enseignant, soit en étant présent lors des forums organisés par les écoles et les associations étudiantes. Ces réponses individuelles ne sont pas, là encore, à la hauteur de l’enjeu !

En conséquence de ce marché opaque ou l’offre et la demande ont du mal à se rencontrer, de très nombreux étudiants n’ont d’autres solutions que d’adresser leur candidature aux seuls cabinets qu’ils connaissent, les grands cabinets internationaux, avec, nous le savons tous, une très grande déperdition de futurs professionnels. En effet, la majorité d’entre eux, après quelques années au sein de ces grandes structures, quittent notre profession pour rejoindre l’entreprise.

Il va donc falloir engager sur ce sujet une révolution culturelle : c’est en montrant la diversité, la richesse, l’attrait de nos cabinets aux étudiants que nous éviterons que les élèves les plus brillants se trouvent aspirés par les grandes structures pour terminer par quitter notre profession. Au-delà du problème de recrutement, c’est aussi un problème de renouvellement de notre corps professionnel qui concerne toute la profession.

En pratique, cela consistera à leur donner les moyens de nous connaitre à travers un site internet dédié présentant les cabinets volontaires afin de leur présenter une offre plus large de cabinets susceptibles de les accueillir. Concomitamment, le site internet de l’Ordre en matière d’offres et de recherches d’emplois doit être significativement amélioré afin qu’il devienne la première source de recrutement de nos cabinets, qu’il soit réservé uniquement à nos cabinets, et qu’il présente ceux-ci de manière enrichie !

La deuxième difficulté est l’adaptation des étudiants aux attentes des cabinets. La formation initiale ne répond que partiellement à nos besoins. Changer le cursus est un travail de longue haleine. Une solution pourrait exister dans la mise en place d’une formation en alternance destinée à devenir collaborateur de cabinet. Ouverte aux diplômés BTS mais aussi DCG/DSCG, elle permettrait d’amortir le coût de la formation professionnelle de la première année tout en complétant la formation initiale de nos futurs collaborateurs par des approches comportementales (détection des besoins, des attentes de nos clients, démarche commerciale, etc.) et techniques (production rationalisée, conseil en gestion, fiscalité personnelle, etc.).

Le recrutement est un enjeu urgent et déterminant. Résoudre cette difficulté, c’est vous simplifier le présent et préparer notre avenir !